Lancement des élections législatives comoriennes

Lancement des élections législatives comoriennes

Comores : le Président appelle à « refuser les querelles et les polémiques inutiles »

Lancement officiel des élections législatives comoriennes par Azali Assoumani. Les  élections législatives comoriennes de 2020 sont prévues les 19 janvier et 23 février prochains. Elles doivent permettre de renouveler les membres de l’Assemblée de l’Union des Comores.

Mercredi le 18 décembre, le président Azali Assoumani a officiellement lancé la campagne électorale. Elle prendra fin le 16 janvier prochain à minuit. Il a ainsi manifesté son souhait de faire de ces élections une période de consolidation de la démocratie aux Comores, dans un contexte où des milliards d’euros d’investissements sont en jeu.

Réactions de l’opposition comorienne

Le 11 octobre dernier, l’opposition comorienne annonçait : « Nous sommes tous d’accord pour boycotter ces élections qui ne seront qu’une mascarade supplémentaire ». L’Union de l’opposition, le Front uni pour la défense de l’île comorienne d’Anjouan (FUDA), le Mouvement du 17 février (M17), ainsi que le Conseil national de transition (CNT) avaient signé une résolution officialisant qu’ils ne prendraient pas part aux prochains scrutins législatifs. Une décision justifiée par le caractère jugé « illégitime » du pouvoir du président Azali et par « l’inconstitutionnalité » d’une loi votée début septembre et qui autorise le chef de l’Etat à légiférer par ordonnances pour les prochains scrutins législatifs. En cause également : « le non respect du code électoral ». Néanmoins, certains ont trouvé la parade à ce boycott en se présentant sans étiquette de manière à ne pas impliquer leurs partis alors qu’ils en sont clairement identifiés comme membres.

Soixantaine de candidats en liste

Les dépôts des candidatures ont pris fin à la mi novembre. Une soixantaine de candidats sont en liste pour intégrer l’assemblée.

Pour rappel, l’assemblée de l’Union des Comores est un parlement comprenant une chambre composée de 33 sièges renouvelés tous les 5 ans. 24 sièges, qui correspondent au nombre de circonscriptions, le sont directement par la population au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. On prévoit  les 9 sièges restants au scrutin indirect par les assemblées des trois îles constitutives de l’Union, à raison de trois sièges chacune.

Mercredi, dans une déclaration solennelle à la télévision nationale, le Président de la République de l’Union des Comores a officiellement ouvert la campagne depuis le Palais présidentiel de Dar Nour à Anjouan. Tout un symbole lorsqu’on se souvient des violences et des manifestations qui ont eu lieu sur cette île depuis la réélection de Azali Assoumani.

Lancement officiel des élections législatives comoriennes, le Président appelle à « refuser les querelles et les polémiques inutiles »

Dans son allocution, le président a d’ailleurs appelé la population « à faire de cette campagne et de ces élections une période de consolidation de notre démocratie. Je vous invite à accueillir les candidats et candidates dans vos villes et villages, dans vos quartiers et vos places publiques, à les écouter, à privilégier le débat démocratique avec eux et à refuser les querelles et les polémiques inutiles. J’ai le devoir d’assurer que ces élections soient libres, démocratiques et transparentes. J’y veillerai personnellement afin que les acquis démocratiques que le pays a engrangé ces 20 dernières années soient consolidées et pour que le pluralisme et l’état de droit se pérennise en l’Union des Comores. »

Azali Assoumani a d’ailleurs assuré qu’il souhaite que sa nation envoie un « bon message à nos partenaires par rapport aux crédits qu’ils ont apporté à notre pays », et de conclure « J’appelle à aller voter. Je souhaite bonne chance à tous les candidats à ces élections, et que le meilleur gagne. Vive la République, vive l’Union des Comores. »

La campagne est désormais lancée. Nul doute qu’elle sera très suivie à Mayotte pour deux raisons évidentes. La première, c’est que la moitié de la population de l’île au lagon est comorienne. La seconde renvoie aux dernières élections présidentielles où plusieurs migrants comoriens étaient arrivés à Mayotte illégalement pour demander l’asile politique. En cas de tensions voire d’affrontements, le même schéma risque de se répéter, alors même qu’à Mayotte, les élections municipales battront leur plein.

A titre de rappel, Coco Lodge Majunga, est aussi un Hôtel***, un Restaurant gourmand, un Loueur de 4×4 avec chauffeur guide et Organisateur d’événements (conférences, séminaires, ateliers, déjeuners/dîners à thèmes, mariage, anniversaire, enterrement de vie de jeune fille/garçon, …). Pour vos vacances ou voyages d’affaires, toute l’équipe de l’Hôtel*** Coco Lodge est ravie de répondre à vos attentes et de satisfaire vos besoins pour un séjour inoubliable dans la ville de Majunga. Coco Lodge TO organise des circuits sur Majunga et ses alentours et bien d’autres encore, tel que les Grottes d’Anjohibe, le Parc National Ankarafantsika, le Lac Sacré, le Cirque Rouge, les plages, la réserve d’Antrema, le phare de Katsepy, Papamena, Le Poséidon, le complexe Mahavavy Kinkony, les tsingys de Namoroka, …

By #CocoLodgeMajunga

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>