Contes et légendes de Madagascar : Dieu et le cœur noble

Totosidy, le dernier né d’une famille de sept enfants, perdit sa mère en naissant. Il n’avait jamais vu son père, mort quatre mois avant qu’il fût mis au monde. Une sœur grincheuse, hautaine, avare, menteuse, sale, impitoyable, crapuleuse, peu éduquée, ignorante, jalouse, difforme de corps et laide de figure, cette sœur éleva Totosidy. A dix ans, l’enfant fut abandonné, et le partage de la succession ne lui attribua qu’un coq, deux poules et deux marmites en fonte. La gale aime les pauvres et Totosidy devint galeux ; la maladie et la misère aiment aller de pair, et Totosidy souffrit de rachitisme « ny manana tsy havan’ny ory » (Le riche ne peut pas être le parent d’un malheureux) et les frères ont éliminé Totosidy du foyer paternel …

Contes et légendes de Madagascar : Dieu et le cœur noble
Contes et légendes de Madagascar : Dieu et le cœur noble by Hôtel*** Restaurant gourmand Coco Lodge Majunga.

Et voici le pauvre enfant, sans biens, sans fortunes, sans parents et sans amis, errant de case en case, chassé de partout et n’ayant autre espoir que dans le secours du Dieu clément.

On avait dit à Totosidy que ce Dieu existait quelque part et qu’il fallait le trouver pour avoir sa grâce. Il part donc à sa recherche… Il va, il va, il traverse des forêts, des vallées, des montagnes. Il fait nuit et le malheureux garçon est chez Totozamanidrao, chez cet ivrogne né, qui se piquait d’avoir bu en cinquante ans, trente mille calebasses de betsabetsa – record connu dans la région –. Au demeurant, c’était un homme au cœur noble et généreux. Le garçon était sage, l’ivrogne franc, tous deux pauvres et sincères. Quand l’ivrogne ne parlait pas d’alcool, quand l’enfant ne parlait pas de sobriété, quand la conversation se tournait vers Dieu et sa bonté, alors c’était une joie indescriptible, intarissable. Le matin, Toto demanda à son hôte où il allait ; l’enfant expliqua qu’il recherchait Dieu pour lui demander secours. – Ah ! dit l’ivrogne, si tu le rencontres quelque part, demande-lui où sera ma place après ma mort. – « Oui », dit l’enfant.

Et le garçon continua son chemin. Il devait traverser un étang peuplé de caïmans, il eut peur. Les caïmans lui dirent : « Passe, jeune homme, nous ne te ferons pas de mal ». Quand il fut sur l’autre rive, il expliqua qu’il allait chercher Dieu pour lui demander son secours. – Ah ! Lui dirent les sauriens, tu nous vois ici affamés, misérables. Nous attendons l’ordre de Dieu. Nous ne savons pas s’il nous est permis de manger des bœufs, des chiens, ou des hommes. Si tu le rencontres quelque part, demande-lui ce qu’il nous autorise à manger. – « Oui », dit l’enfant…

Et le garçon continua son chemin. La nuit, il se trouva chez un croyant. Ce croyant, c’était un homme qui priait matin et soir, qui ne parlait que de Dieu, d’âme, de paradis, de séjour céleste. Il recevait de Dieu sa ration quotidienne.

Totosidy fut donc son hôte. Vers huit heures du soir, Dieu envoya deux assiettes pleines de riz ; le croyant ne laissa sur la natte qu’une assiette, dont il fit encore disparaître la moitié. Totosidy mangea le peu qu’on lui cédait. Dieu envoya ensuite deux lits, mais le croyant laissa Totosidy dormir sur une natte. L’enfant dormit… Et pendant qu’il sommeillait, le croyant vint reprendre l’assiette pleine de riz qu’il avait cachée : il ne trouva que des serpents. Il alla ensuite chercher les deux lits de Dieu : il ne vit, à la place, qu’une natte sale… Sans se troubler, il se mit à genoux, leva les yeux au ciel, croisa ses mains sur sa poitrine et il se recommanda à Dieu, trouvant bon de jeûner cette nuit et de dormir sur une natte déchirée en signe de pauvreté.

Le matin, le garçon salua son hôte. Il lui dit qu’il allait chercher Dieu pour lui demander son secours. –  Si tu le rencontres quelque part demande-lui où sera ma place après ma mort, lui déclara le croyant. – « Oui », dit l’enfant…

Totosidy continua son chemin. Un jour, il rencontra un vieillard à la barbe longue qui lui demanda où il allait. Il lui répondit qu’il cherchait Dieu pour lui exposer ses misères. Dieu se dévoila, et le garçon lui raconta ses disgrâces. Il reçut un petit paquet qu’il devait enfouir au pied d’un tamarinier, à l’Est de son village natal. Avant de retourner, il posa toutes les questions dont on l’avait chargé en cours de route. Dieu lui déclara que le croyant serait jeté en enfer, car il avait le cœur méchant ; que les caïmans étaient autorisés à manger des bœufs, des chiens et non des hommes à moins que ces derniers ne les attaquent (A l’heure actuelle, les caïmans s’attaquent sans pitié aux hommes. Auparavant, ils ne mangeaient que des bœufs et des chiens. Mais les hommes se sont vengés en lançant des sagaies sur les caïmans. Alors l’interdiction fut levée.) ; que l’ivrogne aurait sa place réservée au ciel, car il avait le cœur généreux.

Sur le chemin du retour, Totosidy informa le croyant que sa place serait en enfer ; les caïmans, qu’ils pourraient manger des bœufs, des chiens, et sous certaines réserves, des hommes ; l’ivrogne qu’il serait l’élu du Ciel. Arrivé au village, il cacha le paquet sous la tamarinier.
Le lendemain, il fut tout surpris de trouver cent cruches pleines d’argent. Le voilà devenu riche, aimé de ses frères, adoré de sa sœur, chanté par les amis, débarrassé de la gale et guéri du rachitisme. On l’appela « Zoboke » (Grand frère.) il resta bon et charitable.

Source : http://agir.avec.madagascar.over-blog.com/article-dieu-et-le-coeur-noble-88027337.html

By Hôtel*** Restaurant gourmand Coco Lodge Majunga.

Réservation

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>