Vœux 2018 de Coco Lodge Majunga

Toute l’EQUIPE de Coco Lodge Majunga vous souhaite à vous, vos familles, vos amis, vos proches, tous ceux qui vous sont chers, une formidable année 2018, SANTÉ, BONHEUR et PROSPÉRITÉ !
Si on a déjà ses trois là avec nous en 2018, on pourra avancer sereinement…

Mais en cette fin d’année 2017 et devant cette nouvelle année qui nous tend les bras, je ne peux m’empêcher de penser à Jacques BREL et à ses vœux du 1er janvier 1968, il y a 50 ans, c’était sur Europe 1 :

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir.
Et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer,
et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil,
et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de respecter les différences des autres parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir
Je vous souhaite de résister à l’enlisement,
à l’indifférence
et aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, 
car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.
Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux,
car le bonheur est notre destin véritable. »

Merci Mr BREL pour ce magnifique message qui n’a pas perdu une ride 50 ans plus tard !

Je nous souhaite à tous de rêver à n’en plus finir …

Le rêve se caractérise par un ensemble de phénomènes se produisant au cours du sommeil. Les êtres humains, ainsi que certains animaux, sont absorbés par un flot de sensations, d’images et d’émotions au point de leur donner le sentiment d’être éveillés et de participer à différents événements. Chez l’être humain, il se distingue de l’hallucination et de la rêverie qui, eux, sont vécus à l’état éveillé.

Et je vous conseille de lire ou de relire ce roman de Jacques WERBER « Le Sixième Sommeil » qui nous en apprend tellement sur les rêves et la manière dont on peut mieux les aborder, en tirer profit et surtout bien sûr s’en rappeler …

Le père de Jacques Klein est un navigateur. Il perd la vie lors d’un tour du monde à la voile, alors que Jacques n’est âgé que de onze ans. Sa mère est un médecin étudiant le sommeil. Grâce à ses connaissances, elle aide son fils à contrôler ses rêves (à jubjoter comme elle dit) en descendant jusqu’à la cinquième phase du sommeil, qualifié de paradoxal, où se trouve l’île imaginaire de sable rose inventée par Jacques et ses parents. Jacques est étudiant en médecine lorsqu’au cours d’une expérience d’exploration du sommeil, vers le Somnus incognita, le cobaye humain de sa mère, un yogi nommé Akhilesh, décède. Ceci entraîne le licenciement de Caroline Klein. Elle disparaît le soir même sans laisser de trace, et sans même prévenir son fils. Ce dernier, âgé de vingt-huit ans, apprends du Jacques Klein de quarante-huit ans, JK48, qu’il rencontre sur sa plage onirique de sable rose, que sa mère est en grand danger en Malaisie. JK28, après avoir été convaincu par son futur moi part sur les traces de sa mère et de la tribu des Senoïs qu’elle est censée avoir rejoint. Il rencontre Franckie Charras, un ancien militaire reconverti dans le journalisme, qui était lui aussi sur la piste des Senoïs. Il aide Jacques à retrouver les Senoïs, qui, poussés par la déforestation, ont été contraints de se réfugier sur une île. Là, les deux Français arrivent manifestement trop tard car ils apprennent que Caroline Klein vient d’être assassinée par les mercenaires à la solde d’une entreprise de tourisme qui veut récupérer l’île où elle a permis aux Senoïs de se réfugier. Après quelques retournements de situation, où Jacques est notamment capturé et torturé par Kiambang, le patron de l’entreprise. Les Senoïs aidés des deux Français parviennent à éloigner les mercenaires pour un temps. Mais, pour s’assurer une sécurité plus durable, ils décident de vendre une partie de l’île à une autre société, plus respectueuse de l’environnement et des tribus. Jacques épouse Shambaya, la maîtresse des rêves et fille du chef du village, et Franckie, une autre Senoï. L’île rebaptisée Pulau Senoï est confiée à Seirenitis Associated, une compagnie de tourisme canadienne. Un hôtel limité à douze touristes doit être construit, permettant d’explorer le trou bleu où viennent jouer les dauphins, et participer à des stages d’initiation aux rêves lucides, domaine dans lequel excellent les Senoïs, peuple du rêve. Les années passent. Le fils de Jacques et Shambaya, Icare, grandit. Bientôt, Jacques est de nouveau contacté par son moi futur sur l’île au sable rose, JK64 cette fois. Il apprend de lui que sa mère n’est pas morte, mais est repartie à Paris, où elle est de nouveau en danger… Jacques rejoint la capitale avec sa famille, laissant la gestion de l’île à Franckie Charras. Ils arrivent au moment où sa mère est en pleine crise de somnambulisme, en équilibre précaire sur le toit de son appartement. Hélas, elle fait une chute qui la plonge dans le coma. Caroline Klein travaillait au sein de la clinique Morphée, poursuivant ses recherches interrompues quelques années auparavant, en compagnie de son ancien chef et nouveau compagnon Éric Giacometti. Contacté par son futur moi sur l’île au sable rose, il découvre comment descendre plus loin que le sommeil paradoxal, légèrement aidé par JK64, et des esprits errants de sorciers vaudou qu’il rencontre dans la Noosphère. La Noosphère est un lieu où se rejoignent plus ou moins consciemment tous les esprits en train de rêver du monde. Ainsi, à la veille de son anniversaire, il part explorer le sixième sommeil, aidé en cela par un mélange de tétrodotoxine de fugu et d’extrait de mandragore et de belladone. Il accède à son inconscient, matérialisée sous la forme d’un cerveau, dont il modifie un neurone, grâce à JK64. Ils fabriquent ainsi ensemble l’Aton, qui est une sorte de neurone de l’inconscient transformé en bouteille de Klein. Elle lui permet de communiquer avec son moi du passé, le jeune JK28, en se rendant sur l’île de sable rose de celui-ci. Après son réveil, il tente, et parvient à faire sortir sa mère du coma, en lui faisant suivre le même chemin onirique qu’elle, aidé par les mêmes mélanges chimiques.

VIVE 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>