Tourisme en Afrique Madagascar en vogue selon l’OMT

Avec une hausse des arrivées touristiques de 20% à Madagascar en 2016, la Grande île figure dans la liste de l’Organisation Mondiale du Tourisme sur les pays prisés en Afrique Subsaharienne. Cette amélioration est due à de meilleures connections aériennes et maritimes dans le pays.

Tourisme en Afrique Madagascar en vogue selon l'OMT
Tourisme en Afrique Madagascar en vogue selon l’OMT by Hôtel*** Restaurant gourmand Coco Lodge Majunga.

Open sky
Avec l’ouverture du ciel aérien Malagasy depuis l’an dernier, plus d’une dizaine de compagnies aériennes sont maintenant présentes à Madagascar; Ce qui devrait conduire à une baisse du tarif du transport, estiment les opérateurs touristiques. Pour cette année, les premiers chiffres émanant du ministère du tourisme sur la période de janvier à avril, présage aussi une excellente saison touristique. En effet, au premier semestre de l’année, le nombre d’arrivées à augmenté de 9% par rapport à l’année dernière, soit 28 206 touristes contre 26 629 en 2016.

Emplois directs
La performance du secteur touristique en 2016 a permis la création de milliers d’emplois dans la Grande île. D’après les statistiques du Ministère du Tourisme, 33 778 emplois directs ont été créés dans le secteur hôtelier et la restauration contre seulement 32 693 emplois en 2015. Et concernant les entreprises de voyages et de prestations touristiques, 7 329 emplois ont vu le jour contre 6 691 emplois en 2015. L’année dernière, le secteur touristique a donc généré un total de 41 107 emplois.

Les centres d’intérêts de la destination

Intérêt ENVIRONNEMENTAL : Madagascar est un sanctuaire de la nature
L’un des atouts principaux de Madagascar est son impressionnante diversité naturelle et géologique. La séparation de l’île du continent africain, remontant à 65 millions d’années, a « piégé » de nombreuses espèces de faune et de flore en grande partie endémiques. Les lémuriens sont les plus connus, mais l’île reste toujours un gigantesque laboratoire biologique où l’on découvre tous les ans de nouvelles espèces.
On dit souvent que la plus grande île de l’Océan Indien est un véritable « sanctuaire de la nature ». On ne compte plus les richesses minérales et végétales de cette terre d’abondance, ni le nombre d’essences endémiques. Avec, en arrière-plan, les formidables échancrures des Tsingy, massifs calcaires façonnés par des milliers d’années d’érosion. Madagascar a fasciné plusieurs générations de naturalistes à un point tel que certains, comme Alfred Grandidier, lui ont consacré pratiquement toute leur vie active. Du Bush aride du Sud aux luxuriantes forêts de l’Est, la Grande Ile connaît une grande variété d’altitudes, de températures, de pluviométrie, dont les gradients se combinent en d’innombrables niches écologiques. Quant à la faune, elle se différencie de celle du continent africain tout proche par son très fort taux d’endémisme comme le plus grand papillon du monde, la Comète dotée de deux traînes dépassant 20 cm, ou le grand phasme dont la femelle atteint 25 cm. Chez les reptiles et les batraciens, 95% des espèces sont endémiques ! Les caméléons sont emblématiques de la Grande Ile au même titre que les lémuriens puisqu’ici vivent les deux-tiers des espèces connues, de la plus petite (moins de 10 cm) à la plus grande (plus de 70 cm). Les tortues terrestres, dont la tortue radiée et celle à soc sont des espèces menacées et de ce fait elles bénéficient d’une très attentive protection.
Madagascar présente trois sites classés au patrimoine mondial de l’Unesco : les forêts humides de l’Atsinanana, se répartissant sur l’ensemble du territoire, la colline royale d’Ambohimanga (ancienne cité du royaume Mérina) et surtout la fabuleuse réserve naturelle Tsingy de Bemaraha (ouest) non loin de Mahajanga (Majunga), présentant des canyons de 150 à 750 mètres, séparés par une dentelle de pierre calcaire extrêmement coupante.
Malheureusement, l’infrastructure touristique n’est pas développée à la hauteur du potentiel que recèle le patrimoine environnemental de l’île. En dehors de la plongée assurée par quelques clubs et de la randonnée qui reste l’activité phare de l’île, les activités de nature (rafting, canyoning, parapentes, quad..) sont quasi inexistantes faute d’agence touristique à même d’assurer l’encadrement et de fournir le matériel nécessaire.

Intérêt CULTUREL
Peu de destinations font rêver comme Madagascar. L’île continent séduit d’abord pour la grande spécificité de son peuple. L’identité malgache s’est en effet forgée grâce à une origine de peuplement indonésien à laquelle se sont greffées des influences est-africaines (Bantous), perses, arabes, malaises et indiennes. L’un des principales attraits culturels de Madagascar réside dans la mosaïque de sa population. Pas moins de 18 peuples cohabitent sur l’île, dont la plupart ont conservé des traditions ancestrales, ce qui en fait un pays à la diversité ethnique unique. La culture malgache provient en grande partie d’autres continents. La croyance dans le vintana – destin – pourrait découler de la cosmologie islamique, tandis que le symbolisme religieux et le statut conférés au bétail rappellent l’héritage africain. Il faudrait y ajouter les influences du christianisme qui cohabite avec les croyances traditionnelles.

Source

By Hôtel*** Restaurant gourmand Coco Lodge Majunga

Réservation

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>