La baie de Bombetoka qui tiendrait son nom des mots « Bao be toka » signifiant « l’unique grand baobab » est la porte d’entrée de toute la partie sud de la région (Mitsinjo, Soalala,…).

En pirogue traditionnelle, en coque rapide ou par le majestueux bac baobab ou madaba, la traversée de la Baie de Bombetoka s’effectue en moyenne en 45 mn. Une fois atterrie sur la péninsule de Katsepy (12 kms de la ville de Mahajanga), des balades intéressantes sont à faire :
-découverte du village des pêcheurs tout au long du bord de la mer
-visite du phare (à pied ou véhiculé) pour admirer la vue panoramique sur la baie et le canal de Mozambique
-visite des mines de célestite de Sankoany, à 13 kms au sud de Katsepy, accessible en bateau ou en pirogue tout le long du bord selon les marées.
-visite du cirque bleu, cirque d’érosion naturelle couronné d’affleurements déposés lors d’une importante régression marine d’une époque lointaine.

La réserve d’Antrema avec un passage obligé chez l’Ampanjaka (le prince sakalava de la région) est le clou de cette journée.
Aucune visite ne peut se faire sans rencontrer au préalable ce prince Sakalava qui vous reçoit chez lui uniquement les mardis et jeudis ! Visite inoubliable s’il en est !

Superbe lieu d’excursions, vaste cocotteraie, promenade jusqu’au phare EIFFEL récemment réhabilité (distance de 7 km de Katsepy) d’où l’on bénéficie d’une vue panoramique sur l’embouchure de la Betsiboka. Ce phare a connu une tragédie avec la tombe de la fille de l’ingénieur à son pied.
Une petite forêt abrite des lémuriens qui méritent la visite.

A quelques kilomètres de Katsepy, la nouvelle aire protégée bio culturel d’Antrema où on peut profiter de voire 153 espèces de plantes, des amphibiens et reptiles, et 5 espèces de lémuriens.
Ce site exceptionnel, lieu de vie des Sakalava, n’est ouvert au public que depuis Octobre 2013. Il n’était fréquenté avant cela que par les équipes du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris en collaboration avec l’université d’Antananarivo, du fait de la plus forte densité de lémuriens de Madagascar, qui s’explique par le fait que pour les Sakalava, les lémuriens sont la représentation de leurs ancêtres qui se réincarnent dans ses superbes animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>