Guide du voyageur responsable

Guide du voyageur responsable – Contre l’exploitation sexuelle des enfants

Dans le cadre du projet ESCALE, « Prévenir l’Exploitation Sexuelle des enfants dans le cadre du tourisme et des abus en ligne » financé par l’AFD, l’ONG ECPAT a produit avec le Ministère du Tourisme le « Guide du voyageur responsable ».

Ce précieux et très utile guide est destiné à sensibiliser les voyageurs principalement sur les questions de protection des enfants. Notre établissement (Coco Lodge Majunga) a l’honneur de vous le partager.

12 conseils aux voyageurs : Ensemble protégeons nos enfants

CONSEIL N°1 : Evitez de distribuer des biens matériels directement aux enfants.

Si vous souhaitez faire des dons de matériels ou de vêtements, donnez-les directement à une association locale dont une liste est disponible sur le site d’ECPAT France.

Les distributions non encadrées de jouets, vêtements, cahiers, stylos ou autres peuvent entraîner des querelles d’enfants, d’autres sollicitations et créer à terme des dépendances et des trafics de revente organisés.

CONSEIL N°2 : Ne donnez pas d’argent aux enfants qui mendient

Si vous souhaitez soutenir ces enfants, privilégiez les dons financiers à des associations locales dont une liste est disponible sur le site d’ECPAT France.

Certains des enfants qui mendient dans les rues ou sur les lieux touristiques sont entre les mains de réseaux d’exploitation qui les forcent à la mendicité. En leur donnant de l’argent, vous contribuez à rentabiliser la mendicité, et donc indirectement à développer ces réseaux. Des associations de protection de l’enfance œuvrent déjà pour prendre en charge les enfants en situation de rue et les réinsérer dans leur famille ou via des centres d’accueil.

CONSEIL N°3 : Ne photographiez ni ne filmez pas d’enfants sans la permission d’un parent ou d’un tuteur.

De façon générale, évitez de photographier ou de filmer des enfants de face. Sinon, veillez à obtenir leur consentement, après avoir pris le soin de leur expliquer ce que vous ferez de l’image.

Essayez aussi de demander l’autorisation de leurs parents s’ils sont à proximité. En cas de publication ou de diffusion de l’image sur Internet, si l’enfant est reconnaissable, vous devez lui faire signer une autorisation (obligation légale). Ne prenez jamais de photos d’enfants nus.

CONSEIL N°4 : Vérifiez que des mesures de protection des enfants existent avant de visiter des structures d’accueil d’enfants ou de vous y engager comme volontaire.

Les structures d’accueil et les orphelinats sont dédiés à protéger les enfants et ne doivent pas devenir des attractions touristiques. L’afflux de visiteurs dans ces centres peut entraîner une opportunité de « business humanitaire » avec le risque que les enfants soient exploités à des fins commerciales.

CONSEIL N°5 : Protégez-vous avant d’intervenir face à un enfant en situation de danger immédiat. N’agissez jamais seul et signalez le cas aux autorités locales.

Lors de votre voyage, vous pourrez croiser des enfants en situation de rue, de maltraitance, de travail domestique ou semblant abandonnés. En cas de danger immédiat, contactez une association locale de protection de l’enfance ou adressez-vous au bureau du « fokontany » ou du « fokonolona » qui représentent l’autorité locale dans chaque quartier ou village.

CONSEIL N°6 : N’acceptez pas qu’un enfant vous accompagne seul et ne l’éloignez jamais de son environnement proche.

Beaucoup d’enfants sont souvent seuls dans les rues. La plupart ne sont pas des orphelins mais vivent au sein de communautés proches ou dans les rues avec leurs parents ou d’autres groupes d’enfants.

Ne les laissez pas vous accompagner ou vous guider et ne les éloignez jamais de leur environnement proche.

CONSEIL N°7 : Ne rémunérez pas des enfants pour des services et choisissez des structures qui ont adopté des mesures contre le travail des enfants.

30% des enfants malagasy de 5 à 17 ans sont économiquement actifs. Le travail des enfants est un frein majeur à leur scolarisation, leur éducation et leur bon développement physique et mental.

Donc, ne contribuez pas à l’emploi ni à la rémunération des enfants. Et ne fréquentez pas des lieux ou des établissements employant des enfants mineurs.

CONSEIL N°8 : Ne vous exposez pas au risque de vol, d’accident et soyez vigilants. En particulier, n’exposez pas un enfant à la tentation de vous dérober un bien.

A Madagascar, 75% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, équivalent à 1,90€ par jour.

Certains biens de consommation courante peuvent valoir des mois voire des années de salaires. Soyez ainsi vigilants et n’exposez pas vos objets de valeur.

Par ailleurs, la conduite à Madagascar peut être dangereuse. Alors, veuillez bien faire attention.

CONSEIL N°9 : N’ayez jamais recours à la prostitution de mineurs (- de 18 ans)

Il s’agit d’un crime puni par la loi malagasy.

L’exploitation sexuelle des enfants, en particulier des filles, par des touristes ou des voyageurs, est une réalité à Madagascar.

La situation est de plus en plus alarmante et les conséquences pour le développement des enfants sont dramatiques. Il s’agit d’un crime puni d’emprisonnement par la loi malagasy, quel que soit l’âge de l’enfant et même s’il semble être consentant.

L’âge peut être difficile à déterminer, en particulier chez les adolescents, mais ne pourra en aucun cas justifier l’acte. Les auteurs seront poursuivis sur place par les autorités malagasys, ou à leur retour dans leur pays d’origine.

CONSEIL N°10 : Signalez les voyageurs utilisant les enfants à des fins sexuelles

Si vous avez le moindre doute sur le comportement d’un voyageur qui s’adonnerait au « tourisme sexuel » avec un mineur, signalez les faits via :

Vous n’avez pas besoin de preuves ni d’informations précises sur les personnes. Et pouvez signalez un lieu, un détail sur le comportement du suspect ou de la victime, même à votre retour de voyage. Vous pouvez aussi contacter le bureau d’ECPAT sur place ou l’ambassade de votre pays.

Signaler, c’est protéger les enfants et lutter contre l’impunité !

CONSEIL N°11 : Choisissez des structures touristiques qui ont adopté des politiques de protection de l’enfance et des lieux de loisirs éthiques.

Madagascar promeut un tourisme durable qui prône la solidarité, le respect de l’environnement, le partage des richesses et le respect des droits humains et des droits de l’enfant.

Le pays a développé un code de bonnes pratiques signé par le ministère du tourisme et les professionnels du tourisme souhaitant lutter contre l’exploitation sexuelle de mineurs.

Utilisez votre pouvoir d’achat pour influencer les entreprises touristiques à adopter des pratiques respectueuses. Préférez des structures qui ont adopté une politique de protection de l’enfance.

CONSEIL N°12 : Faciliter les échanges avec les enfants en apprenant quelques mots de malgache.

Les enfants comme les adultes seront toujours heureux de vous entendre parler leur langue ! Il existe 18 dialectes à Madagascar, parlés dans les différentes provinces. Mais certains mots seront compris sur l’ensemble de l’île :

Bonjour = Salama, Manao akory aby, manahoana

Au revoir = Veloma

Merci = Misaotra

Mon nom est …  = Ny anarako dia …

Pardon, excusez-moi = Azafady

Soava dia ! = bon voyage !

By l’Hôtel*** Restaurant gourmand  #CocoLodgeMajunga

Pour rappel, nous sommes à la fois :

  • un Hôtel***,
  • un Restaurant gourmand,
  • un Loueur de 4×4 avec chauffeur guide
  • un Organisateur d’événements (conférences, ateliers, déjeuners/dîners à thèmes, mariage, anniversaire …).
  • et un Tour Opérateur  organisant des circuits sur Majunga et ses alentours et bien d’autres encore.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>