En septembre WWF a vraiment mis la main à la pâte

Septembre a été le mois des innovations au service de la conservation et du développement durable à Madagascar

Des Cyber Trackers pour éloigner les défricheurs de forêts.

En septembre WWF a vraiment mis la main à la pâte
En septembre WWF a vraiment mis la main à la pâte by Hôtel*** Restaurant gourmand Coco Lodge Majunga

Fahamaro est un ranger d’Amoron’i Onilahy, Site Ramsar et aire protégée communautaire. Il explique que c’est un acte sacré de protéger la forêt.  « La forêt assure la survie de notre communauté. Elle nous donne la pluie, un élément important qui s’est fait rare ces dernières années », affirme Fahamaro. « Ce Cyber Tracker nous aide à détecter les anomalies dans la forêt », continue – t-il.
Le Cyber Tracker est une application mobile permettant de collecter des données sur le terrain. Il aide à rendre compte des pressions sur la forêt ou encore des informations sur les animaux qui y vivent. Très facile à utiliser, il peut être manipulé même par quelqu’un d’illettré durant les patrouilles. Ces informations sont transmises instantanément à l’équipe du WWF et à l’administration forestière via le réseau internet » explique Tojo Rasolozaka, du WWF. Cette avancée technologique aide les gestionnaires des aires protégées à être plus proactifs dans leur prise de décisions face aux pressions sur la forêt.
WWF a dispensé une série de formations à 36 rangers communautaires d’Amoron’i Onilahy dont Fahamaro pour se familiariser avec cet outil de patrouille novateur. Prochaine étape : des unités solaires portables pour assurer l’autonomie de leurs Cyber Trackers.

Laurent Noël, un pêcheur du delta de Tsiribihina est devenu l’ingénieur du foyer amélioré Kamado local.
Père de 12 enfants, Laurent Noel est père de famille et agriculteur dans le delta de Tsiribihina, sur la côte ouest de Madagascar.En 2015, il a suivi une formation soutenue par WWF, dans la fabrication de foyers améliorés Kamado. Le Kamado est un foyer amélioré traditionnel japonais introduit par la JICA (Japan International Cooperation Agency) à Madagascar. À base de terre, il est très facile à fabriquer. Sa forme conique et la terre avec laquelle on le fabrique lui permettent d’emprisonner la chaleur plus longtemps. Ceci permet de diviser par trois la consommation en bois de chauffe par rapport aux les foyers à l’air libre. Laurent Noel l’a encore amélioré en trouvant que la paille gonflée par l’humidité diminuait de volume lors du séchage.  Ce qui avait tendance à provoquer des craquèlements du foyer. Il a alors remplacé cet élément par des cendres de riz pour obtenir un foyer plus résistant.  Il a aussi pensé à ajouter des motifs pour enjoliver le côté rustique de ses foyers. Engagé, il ambitionne de développer son commerce pour faire vivre sa famille et en même temps réduire les pressions sur la forêt.

Une solution durable pour traiter le mercure dans nos vielles lampes usées.
Saviez-vous que nos ampoules, et surtout celles que l’on qualifie d’économiques contiennent du mercure, un métal lourd qui constitue une menace environnementale et sanitaire potentielle ?
C’est une des raisons pour lesquelles le WWF a octroyé une machine au service de collecte de déchets de la ville d’Antananarivo (SAMVA). Cette machine est capable de récupérer le mercure contenu dans les lampes usagées et d’isoler les débris de verre qui l’entourent. Pour faciliter la collecte, des bacs de récupération ont été donc repartis au niveau de 61 fokontany de la capitale. « Depuis la mise en place de ce bac à tri dans notre épicerie des clients sont venus y jeter leurs vieilles ampoules. Ils savent où leurs vieilles ampoules doivent aller une fois usées », déclare la propriétaire d’une épicerie à Antsakaviro, entre Homeopharma et l’église catholique d’Ankadivato. Le SAMVA collectera régulièrement les lampes jetées dans les bacs afin de les transporter à la décharge d’Andralanitra.  « Grâce au partenariat mis en place, la collecte et le traitement de lampes contenant du mercure fait désormais partie des services que le SAMVA propose à tous ceux qui sont intéressés, y compris les entreprises », conclut Thierry Randriamanalina, du WWF.

by Hôtel*** restaurant gourmand Coco Lodge Majunga

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>