Dernier menu Nicolas Milliot ce soir à l’Hôtel*** Restaurant gourmand Coco Lodge Majunga

Ce soir samedi 07 meer, c’est le dernier menu concocté par le chef Nicolas Milliot et le chef Noël.
na hierdie 04 jours de formation intensive, deux dîners et un déjeuner, qui ont rencontré un très grand succès, c’est la dernière ce soir.

Nicolas Milliot qui a réussi à développer une farine de manioc selon un procédé gardé bien secret nous fera déguster ces préparations à base de farine de manioc.

Voici donc ce dernier menu :

Mini chou manioc tartare de poisson
OF
Raviole à la fine mousseline de langouste (farine de Manioc) rrème de pois frais et noix de cajou

Parmentier d’épaule de cochon braisée au Merlot et épices des iles, purée patate douce et lit de Ravitoto
OF
Pavé de pêche du jour rôti au jus de viande, sur lit de brêdes tom pouce

Café ou thé gourmand autour du manioc avec un mille-feuilles aux pépites de framboises, petits sablés choco-vanille, gelée de fruit et sauce caramel au beurre salé.

Menus à Ar 79 000.- avec un apéritif maison et amuse-bouche offerts.

Avant de déguster ce menu, connaissons-nous bien cetteplantequ’est le manioc
Le manioc (Manihot esculenta) est un arbuste vivace de la famille des Euphorbiacées, originaire d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud, plus particulièrement du sud-ouest du bassin amazonien. Il est aujourd’hui largement cultivé et récolté comme plante annuelle dans les régions tropicales et subtropicales.

On consomme généralement ses racines très riches en glucide et sans gluten, mais aussi ses feuilles en Afrique, en Asie et dans le nord du Brésil (pour la confection du maniçoba). Au nord et au nord-est du Brésil, le mot farine (en portugais farinha) désigne avant tout la farine de manioc, et non de blé. Cette farine n’a d’ailleurs pas l’aspect de la farine de blé : elle ressemble plutôt à une semoule sèche plus ou moins grossière de couleur allant du jaune vif au gris en passant par le blanc. Il s’agit en fait d’une fécule, mot plus adapté pour parler de lafarineissue d’une racine.

Un grand pas en avant dans le décryptage du génome du manioc
De nouveaux travaux, auxquels ont participé des chercheurs du centre français en recherche agronomique pour le développement, le Cirad, améliorent grandement le décryptage du génome du manioc, une culture qui nourrit aujourd’hui 800 millions de personnes sur la planète. Publiés dans la revue Nature Biotechnology, ils ouvrent la voie à la mise au point de variétés résistantes aux maladies et à l’amélioration des rendements, souligne le communiqué.
Ces résultats sont d’importance car la propagation clonale du manioc le rend particulièrement vulnérable aux pathologies, notamment virales. Verder, la demande mondiale est en forte progression depuis le début des années 2000, tirée par les marchés asiatiques et africains.

Laat 'n antwoord

Jou e-posadres sal nie gepubliseer word nie. Verpligte velde gemerk *

Jy kan dit gebruik HTML tags en eienskappe: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>